Le refuge Bayssellance est rénové

Refuge Bayssellance

Le nouveau bâtiment ...

Refuge emblématique du massif du Vignemale, au c½ur du Parc National des Pyrénées, le refuge Bayssellance est à 2651 m, le plus ancien et le plus haut refuge gardé des Pyrénées. Du refuge, le montagnard a un des plus beaux panoramas des Pyrénées : massif du Vignemale et sommets de Gavarnie.
Nommé ainsi en l'honneur de Adrien Bayssellance, maire de Bordeaux et pyrénéiste, président de la section bordelaise du Club Alpin Français en 1878, qui prit l'initiative de sa construction en 1899, avec la participation d'Henry Russell et de Joseph Vallot Pyrénées.
Construit en pierres, selon la technique ogivale, comme son aîné le refuge de Tuquerouye également construit par un pyrénéiste Bordelais de renom, Léonce Lourde Rocheblave.
La FFCAM lance en 2001 les travaux de rénovation. Son ambition : accueillir les pratiquants dans un refuge esthétique et confortable, à l'impact environnemental faible.

Pour toute information sur la vie du refuge, suivez ce lien.

Quelles rénovations ?

La rénovation du refuge Bayssellance concerne essentiellement l'extension de la partie gardien et hébergement, la mise aux normes sanitaires, de sécurité et le confort. Dans un souci de préservation de l'environnement, des panneaux photovoltaïques, produisent l'électricité utilisée par le refuge.

refuge de Bayssellance

Focus sur l'esthétique du refuge

L'aspect extérieur du refuge, associe des matériaux anciens comme la pierre à du cuivre.
Le nouveau refuge, entièrement rénové, en conserve néanmoins l'esprit architectural (couverture en cuivre sur structure porteuse bois en forme de voûte).
C'est le pari réussi d'une architecture associant harmonieusement passé et futur, subtilement intégrée dans l'environnement naturel de montagne.
L'aménagement intérieur est revisité : la construction d'un étage supplémentaire, affecté aux dortoirs et au gardien, apporte un gain d'espace permettant la réorganisation complète de l'intérieur du refuge.